Réveil vers 9h, marche dans São Paulo, mégalopole économique et tentaculaire…
En fin de journée je prépare ma descente vers le sud, surtout pour la sortie de São Paulo histoire de pouvoir me placer correctement pour jouer de la pancarte. Je prendrai le bus pour m’extraire de la ville puis jouerai de la pancarte.

Je regrette de ne pas pouvoir faire plus de rencontres avec les locaux.
J’ai bien un contact en ville mais il est injoignable, tant pis, je ne vais pas rester plus longtemps car le coût de la vie est assez élevé ici.
Et puis l’auberge dans laquelle je suis n’a vu passer depuis hier que des européens et deux chiliens. Ca ne m’empêche pas de déconner avec eux et le soir, on fera une fête pour mon départ, enfin pas vraiment pour mon départ car tout est propice à faire une fête tous les soirs.
Je garde contact avec les chiliens mais je crois que l’un d’eux y voit un plan gay…

Encore une fois j’entendrai : “Bon courage !”